Le « Collectif de Résistance Aux Centres Pour Etrangers » est né de la volonté commune de personnes de toutes origines, idées et conceptions philosophiques de se mobiliser pour empêcher l’ouverture du centre fermé pour étrangers de Vottem dès 1997. Les centres fermés et les rapatriements forcés sont la négation des droits humains les plus élémentaires. Ils portent en eux les germes de la violence et de la mort.  Les expulsions ont tué Semira en 1998. Si la mort d’un expulsé reste l’exception, la violence, les blessures, les vies brisées sont le lot quotidien. Chaque semaine, nous recevons des témoignages de violences subies à l’aéroport national et de souffrances suite au rapatriement au pays d’origine ou pays tiers.

Rassemblement de Noël le 24 décembre